Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Antonin Artaud la rencontre avec le poète noir

La rencontre de jacques Prevel avec Antonin Artaud a lieu le 27 Mai 1946 au café de Flore et clos une longue attente pour le jeune poète. Dans son journal, il écrit: "Il est plus de midi Artaud devait être au Flore à 11h1/4. Il surgit tout à coup, le béret basque enfoncé jusqu'aux oreilles, le visage ravagé. Il ressemble à mon père à la fin de sa vie, la lèvre en lame de couteau, la parole coupante."

Au Flore Artaud fait référence plusieurs fois aux "poèmes mortels dans sa conversation tandis qu'il se plaint des conseils de Dubuffet qui lui recommande de suivre l'avis d'un docteur, il dit: "Je suis plus compétent que n'importe quel docteur, qui en sait moins que moi sur l'opium. J'ai trente années d'expérience avec l'opium. Monsieur Dubuffet ne pourrait pas croire que Monsieur Prevel en sait plus que lui sur l'organisation sociale. Il ne pourrait pas comprendre certains vers des Poèmes Mortels, car pour les comprendre, il faut les mériter et avoir gagné cela par la douleur."

Prevel obtient pour le lendemain un rendez-vous avec Artaud qui va être le début d'une amitié sincère, qui s'achèvera avec la mort de ce dernier au début du mois de mars 1948.Pendant plus d'un an, il va consigner dans son journal toutes les paroles d'Artaud, les textes qu'il lui dicte, les lettres qu'il lui lit, jusqu'à leur dernière rencontre à l'hôpital où Prevel est soigné, il écrit à la date du 13 décembre 1947: "Artaud est venu me voir aujourd'hui vers 2 heures. Il était accompagné de Jacques Germain. Il était très mal. Il m'a dit qu'il était venu m'apporter un exemplaire de son livre Van Gogh le suicidé de la société. Il a parlé de la présentation et de l'impression dont il était très content. Je lui ai demandé de le signer. Il a écrit:

A Jacques Prevel

qu'un grand soleil

à la Van Gogh

Guérira

Antonin artaud

Il s'est excusé de ne pas être venu plus tôt:

-L'autre jour, je voulais venir, mais j'ai été malade.

Il ne tient plus en place. Je sais qu'il a fait un effort énorme pour venir. L'hôpital lui fait une impression terrible. Il nous dit qu'il n'a pas dîné et qu'il se sent très las.

-Restez avec Jacques Prevel, dit-il à Jacques Germain. Il part. En partant, il met son béret qu'il enfonce jusqu'aux oreilles. Ce geste me rappelle le premier instant où je l'ai vu, son béret enfoncé de cette façon."

Jacques Prevel apprendra la mort de son ami par l'un de ses proches, il écrit une simple ligne dans son journal à la date du 6 Mars 1948:" Michel est venu m'apprendre la mort d'Antonin artaud."

Le courrier qu'il envoie à sa tante Germaine est plus explicite sur le désarroi dans lequel il se trouve plongé, il écrit: "J'aurais dû t'écrire depuis deux jours et tu seras surprise aujourd'hui de ne pas recevoir de lettre. Mais j'ai été brutalement surpris par la mort d'Antonin Artaud. Michel est venu me prévenir samedi matin et je suis allé immédiatement à Ivry pour le voir. Cela m'a fait bien du mal. Antonin Artaud était mon seul ami. C'était le seul homme que j'aimais. Maintenant je n'ai plus personne."

Il écrit encore: "Je ne suis pas sûr que le monde ne soit pas menacé par sa mort. Quand il vivait, il restait encore quelque indicible architecture dans le ciel et cette cathédrale qui s’effondrera un jour proche, disait-il, je vous défie de l'apercevoir encore dans le brouillard. Quand la solitude s'accroît il n'existe plus que des ruines partout.

Antonin Artaud la rencontre avec le poète noir

Le film "En compagnie d'Antonin Artaud" retranscrit bien ce que dû être la rencontre des deux hommes

Tag(s) : #poésie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :